La morphologie du bambou

Les bambous possèdent leurs propres particularités et des termes bien précis pour décrire chacune de leurs parties. Les rhizomes et les chaumes sont de loin les termes qui permettent d’évoquer leurs spécificités. Abordons les différents éléments qui composent la morphologie d’un bambou.

Le chaume : la tige aérienne et esthétique du bambou

Le bambou est une plante graminée. Les tiges des graminées sont communément appelées chaumes. La plupart du temps, le chaume est creux. Ces tiges ont une structure bien particulière. Chaque chaume a différents nœuds.

chaumes de bambou lors de leur développement

Les chaumes du bambou avec leurs entrenœuds caractéristiques

Le bourgeon de rhizome est le point de départ de chaque nouveau chaume, il sort alors de terre en ayant déjà, ce qui est important de noter, son diamètre définitif.
La croissance du bambou est rapide au regard d’autres plantes. Elle se concrétise par l’allongement des entre nœuds à partir de la base. Les gaines protègent les entre nœuds provisoirement puis se détachent et tombent. La croissance dans de bonnes conditions peut être tout simplement impressionnante et atteindre plusieurs dizaines de centimètres en une journée.

Les branches et les feuilles du bambou

A vrai dire, les branches des bambous sont des ramifications des chaumes. Elles apparaissent et poussent au niveau des nœuds. Elles viendront à différents stades du développement dans l’année suivant l’espèce de bambou.

Quelques feuilles de bambou prises en gros plan

La feuille du bambou à la caractéristique principale d’être effilée

Aussi, dans un autre registre, Il y a plusieurs cas de figure. Pour certaines espèces de bambous, les branches ne poussent que l’année de développement du chaume. Pour d’autres, elles viennent se développer chaque année proche des anciennes.

La particularité des feuilles de bambou est aussi qu’elles ne développent pas à partir d’un bourgeon. La durée de vie moyenne est d’environ de 2 ans. Il faut souligner également qu’elles ne tombent pas toutes dans la même période.

Les rhizomes

Les rhizomes sont finalement proche des chaumes sauf qu’ils se développent sous terre. Ils sont également des tiges composées de nœuds et d’entre nœuds.
Chaque nœud possède un bourgeon qui peut potentiellement se mettre à pousser verticalement et donner un nouveau chaume ou alors tout simplement poursuivre sa croissance en formant un nouveau rhizome. Il est donc l’élément végétal entre les racines véritables du bambou et la partie aérienne constituée par les chaumes. Il en existe 2 types : les courts et les longs aussi appelés leptomorphes et les pachymorphes.

Les racines d’amarrage et les racines assimilatrices

Dans les faits, les racines d’amarrage, caractérisées par leur vigueur et leur résistance, se situant précisément à la base des chaumes, permettent avant tout aux chaumes de pouvoir rester en place et tenir droit dans le sol. Elles sont en quelque sorte le point d’ancrage au sol du bambou.
Les racines assimilatrices, pour leur part, se développent autour des rhizomes. Elles sont plus superficielles et surtout plus fragile bien que leur rôle de nourrir la plante soit également essentiel.